fbpx
Les hexagrammes

Le livre des mutations, le célèbre Yi  jing (ou yi king), est l’une des pierres angulaires de la culture traditionnelle chinoise. La version que nous en connaissons aujourd’hui au travers des nombreuses traductions en langue occidentale, n’est pas la seule qui ait jamais existé, mais c’est la seule qui ait résisté aux outrages du temps.

Le yi jing que nous connaissons comprend 64 hexagrammes, dont le sens de chacun est particulier.

 

Des carapaces de tortue et des os de mouton aux hexagrammes

Dans l’antiquité, les offrandes aux dieux comportaient des offrandes de nourriture et notamment d’animaux, dont des moutons. Ils étaient soumis au feu pour propulser l’offrande vers les dieux par le biais de la poussière, la viande cuite était ensuite partagée par l’assemblée. L’examen des restes mit en évidence des craquelures particulières sur les omoplates de mouton, qui furent interprétées comme des messages du ciel à l’intention de la communauté humaine. Plus tard, on utilisa aussi des fers chauffés.

Environ deux mille ans avant JC, il était devenu relativement courant de procéder à ces divinations pour les sujets importants du moment. Connaître les causes d’une sécheresse, l’issue d’un conflit, la conduite à tenir dans telle ou telle affaire de l’état par exemple, l’évolution d’une maladie. Les supports de ces divinations étaient soit des carapaces de tortue soit des omoplates de mouton.

La pratique se répandant, les os furent progressivement remplacés par d’autres moyens dont les tiges d’achillée.

Carapace de tortue – divination

Les 64 hexagrammes

Le Yi jing qui est parvenu jusqu’à nous comporte 64 hexagrammes, c’est-à-dire 64 figures composés de 6 traits superposés. Il est en réalité composé de deux trigrammes superposés.

Un trait peut être :

  • complet, on dit alors qu’il est yang.
  • brisé, on dit alors qu’il est yin.
Il peut représenter un entre-deux énergétique, auquel cas son état sera signalé par un complément d’information : un rond ou une croix par exemple sont les symboles les plus fréquents.

Les hexagrammes sont repérés par un numéro et un titre

Tous les hexagrammes sont repérés par un numéro et un titre (dont la traduction peut varier d’un auteur à l’autre, de sorte que l’hexagramme 13 peut s’appeler :
 
  • La communauté avec les hommes
  • Cohabitation
  • Fraternité
  • Camaraderie
  • et bien d’autres nom encore. 

L'ordre des hexagrammes

Les hexagramme se succèdent suivant différents ordres. Le plus courant est la séquence dite du roi Wen.

Si vous examinez cette séquence de plus près vous constaterez rapidement que :

  • Les hexagrammes fonctionnent par paire.
  • Au sein d’une paire les trigrammes composant l’hexagramme sont inversés.
Certains hexagrammes sont composés du même trigramme redoublé. Dans le tableau ci-dessous, ils sont repérés par un fond de couleur. Ils sont parfois appelés « hexagrammes purs », parce qu’ils sont composés d’un seul type de qi.

Les 64 hexagrammes (séquence du roi Wen)

Mais alors quelle est la signification d'un hexagramme ?

Un hexagramme représente un moment énergétique particulier. Sa composition, le nombre de traits yin et yang, leur position relative représente un état énergétique singulier.

  • Chaque hexagramme a donc un sens particulier intrinsèque qui se devine parfois à travers son titre : le 47 s’appelle « l’acccablement », le 31 « la demande en mariage », ce qui suivant le contexte pourra – ou non –  être pris au pied de la lettre. Mais ce n’est pas toujours le cas : le 28 s’appelle « la prépondérance du grand » en raison du nombre et de la position des traits yang.
  • Chaque hexagramme correspond à une période de l’année.
  • Et parfois à une direction, c’est particulièrement vrai pour les hexagrammes « purs ».

Le yi jing ne se lit pas en principe de manière linéaire : on le consulte pour sonder une position, comprendre une situation, bref pour entendre la voix des dieux murmurer à notre oreille ou pour donner la parole à notre inconscient (version jungienne).

  • Dans le yi jing, chaque hexagramme s’accompagne de textes éclairant son sens général qui est généralement assorti d’un commentaire plus ou  moins long. Et le sens de chaque trait est ensuite commenté. Ces textes sont généralement le viatique précieux et indispensable du consultant.
  • Il existe des règles d’interprétation. Qui vont de la plus simple (mais fort commode) à la plus complexe (pas toujours pratique).

Laisser un commentaire

Fermer le menu