Prendre les bonnes décisions avec le yi king – Chasseriau

Nathalie Chassériau est une journaliste dotée d’une bonne plume. Dans la foulée de Cyrille Javary qui a rédigé la préface et au travail duquel elle rend un hommage appuyé, elle a produit sur la base de sa pratique, de ses lectures et des enseignements qu’elle a reçus un ouvrage personnel, fidèle à l’esprit de la collection qui l’héberge : pratique.

Après la présentation d’usage, l’auteur donne quelques indications pratiques concernant le tirage :

  • comment formuler sa question,
  • le comportement devant les réponses offertes par le livre,
  • consignes pratiques pour obtenir un hexagramme, …

Le grand débutant trouvera ici toutes les informations générales dont il aura besoin.

Prendre les bonnes décisions avec le yi king – Chasseriau
Editions Hachette Pratique, collection Voies positives. 256 pages. ISBN : 978-2012369122​

En matière d’interprétation, l’auteur s’est peut-être trouvée coincée par l’esprit de la collection : dans le monde de l’édition, qui dit pratique dit souvent simple. L’auteur  offre quelques clés qui ont le mérite de proposer un cadre au novice qui lui en sera sûrement reconnaissant, avant de constater, quand il aura acquis un peu d’expérience, qu’il aurait bien souhaité un peu plus de matière. Éternel dilemme.

N. Chassériau illustre à l’occasion son propos par quelques exemples d’interprétation, certainement utiles. La présentation des hexagrammes calendériques est bienvenue, autant que rare. Nous ne pouvons que regretter que sa description soit trop brève pour qu’un non-initié sache qu’en faire : elle n’indique en particulier à aucun moment comment utiliser cette information dans le cadre d’un tirage. Ça tombe du coup à plat.

Le corps du livre tranche quant à lui sur les ouvrages plus classiques (tel le R. Wilhelm, par exemple). Trois pages sont consacrées à chaque hexagramme et leur structure est systématique :

  • La première page montre l’hexagramme assorti d’un nom et d’un texte qui éclaire le sens général de l’hexagramme. Les noms d’hexagrammes utilisés par N. Chassériau sont différents de ceux de R. Wilhelm. La polysémie du chinois est en partie la raison de cet écart : un caractère peut être compris, et donc traduit, différemment. Chaque traducteur ou auteur s’est efforcé de donner aux hexagrammes le nom qui lui paraît refléter le mieux le sens de la figure.
  • La deuxième page approfondit deux idées phares et un encart Coup de projecteur offre, suivant les cas, un commentaire confucéen, des informations complémentaires sur le choix de la traduction du nom de l’hexagramme (voir p. 133 pour l’hexagramme 30), ou toute autre réflexion que le texte a inspiré à l’auteur. La suggestion faite dans le Coup de projecteur du 39 (p. 160) suggère un usage pragmatique du livre.
  • La dernière page offre une interprétation pour chaque trait mutant.

Le yi jing à l'aune du développement personnel

Vous ne retrouverez donc nulle part dans ce livre les images et les jugements attachés aux hexagrammes qui font le cœur des autres ouvrages sur le sujet. Pratique, c’est un ouvrage pratique, rappelons-le. Et, ici, pratique implique un autre parti pris de taille. N. Chassériau livre son interprétation de chaque hexagramme et de chaque trait : son expérience, ses valeurs, ses croyances, ses principes polarisent nécessairement son travail. Son approche est empreinte de développement personnel, ce qui conduit à des choix qui peuvent surprendre.

Prenons par exemple le cas de l’hexagramme 57 – le doux, 2ème trait mutant. Dans le Chassériau, l’interprétation du premier trait mutant est conforme à beaucoup d’autres, en revanche la fin du texte du 2ème trait tranche par son audace :

En faisant venir au jour les vieilles blessures, vous réussirez à dénouer les nœuds qui entravent encore votre marche.

Nathalie Chassériaux

Le texte m’a surprise, j’ai donc repris quelques textes dont je dispos, ce qui a donné lieu à l’article Voyage dans le 57 : les biais de la traduction.

Pour mémoire, le texte d’origine évoque la nécessité de traquer les influences néfastes, visibles ou invisibles et le fait qu’il faut pour cela avoir recours aux magiciens et aux prêtres pour dissiper les énergies néfastes et les esprits malveillants.

Le pont créé par Nathalie Chassériau est créatif et intéressant.

Conclusion

Le Chassériau offre un contenu riche, varié, qui laisse par moments un peu sur sa faim. Mais l’auteur ne prétendait pas à l’exhaustivité, rendons-lui cette justice. Du coup, les amateurs d’interprétations plus pratiques et tournées vers les objets extérieurs se trouveront un peu frustrés.

Cela reste toutefois un livre au format agréable avec une maquette bien travaillée : gaie, moderne, couleur et graphique. Le ton général est vif et positif, agréable.

Comme en clin d’œil, la couverture reprend comme deux bouches tournées l’une vers l’autre, invitation subliminale à la discussion.

Cet article a 5 commentaires

  1. Coëffier

    Bonjour,

    Je viens d’ acheter votre livre « Prenez les bonnes décisions avec le YI KING » Hachette Ed,
    Pratiquant régulièrement la méditation (Kriya Yoga) et le Qi Gong . Le Yi King me « questionnait » depuis longtemps déjà ( j’étais un peu familiarisé avec la « pensée chinoise » à travers le Qi Gong )
    Alors simple erreur de l’imprimeur et de la mise en page ? Ou simplement ma propre incompréhension ?
    Détails :
    Page239 = l’hexagramme 27 est représenté par un trig inf de 3 Yin et d’un trig sup de 2 Yin et 1 Yang terminal – Or cet hexagramme complet n’est pas le même que celui de la page 124 ( Nourrir le corps et l’esprit) , la figure de la page 239 correspondant au 27 est en fait le 23 – Mais alors sur ce tableau le 23 n’est plus le 23 !! etc….

    Point de départ : il y a 3 jours j’ai donc interrogé pour la première fois le Y K avec pour résultat = 61 . Et ce matin, avec une ouverture d’esprit légèrement similaire, j’ai refais une interrogation , et c’est là que je me suis un peu embrouillé avec les définitions qui ne semblaient pas correspondre entre elles.
    Exemple : Ce matin donc j’ai eu le 43 comme résultat ( sans trait mutant) et en recherchant l’hexag nucléaire j’ai donc trouvé le : 1 – ok – Un peu mieux familiarisé avec le livre j’ai donc voulu reprendre l’hexag d’il y a 3 jours = le 61, et en trouver l’hexag nucléaire . Et c’est là que ça coince :-))

    Je me retrouve avec l’impossibilité de reconstituer cet hexag avec votre tableau – il y a bien le trig sup 2 yin et 1 yang chapeau – mais rien pour le trig inf ? Et puis il y a 2 trig identiques?? (en face du 12 et en face du 13) ça fait beaucoup ! Personne n’a relu du côté de l’imprimeur ?.
    Ne sachant plus si d’autres « erreurs » vont encore me surprendre , j’achète donc un second ouvrage de Lieou Yi-Ming et Thomas Cleary aux Ed du Rocher, et là je confronte les hexagrammes : le 27 (la nourriture) ne correspond pas à celui de la page 239 – Sauf erreur de ma part, il y a donc mauvaise retranscription quelque part . Et ce tableau risque de receler d’autres surprises, puisqu’il ne comprend pas le trigramme inférieur: 1 Yang surmonté de 2 Yin ( pour former l’hexag 27)

    Par ailleurs, et je vous promets je m’arrête là :-)) – en page 31 dans l’exemple , est-ce normal d’avoir un trait continu dénommé Yin ? ( trait 2 ) alors que la page 30 dit le contraire ! Pair = ligne coupée = Yin / Impair = ligne continue = Yang

    Je me suis remis aux maths!! grâce à vous

    Bien cordialement
    Jean Coëffier

    j,coeffier@aliceadsl,fr

    1. Nathalie

      Bonjour Jean,

      Nous évoquons bien cet ouvrage sur le site internet mais nous n’en sommes ni les auteurs ni l’éditeur. Je ne suis donc pas en situation de vous répondre. Je l’aurais volontiers fait mais je suis à l’étranger et n’ai pas l’ouvrage sous les yeux. Je ne peux donc pas vous dépanner.
      En revanche je profite de ce mail pour vous indiquer que nous organisons une formation à l’interprétation du yi jing dans le cadre de nos formations classiques en juin et juillet à Paris. Vous trouverez toutes les infos nécessaires sur notre site internet à l’adresse suivante : https://marip.com/formation/formation-yi-jing/

      Peut-être aurons-nous ainsi le plaisir de nous rencontrer ?

      Bonnes périgrinations dans le yi jing.

  2. Émilie

    Bonjour,
    Il faut aller faire un tour du côté du blog de Nathalie Chasseriau car elle y explique qu’il y a en effet eu un bug sur la dernière édition de son ouvrage…
    Émilie

    1. Nathalie

      Bonjour Emilie, merci de votre commentaire qui rendra sûrement service aux autres lecteurs !

Laisser un commentaire