fbpx
Lopan San He

Le San he 三合, littéralement les Trois Harmonies, est certainement la plus ancienne des écoles de feng shui. Il remonte à la dynastie Tang (618/907). Il est riche de nombreuses formules qui peuvent être utilisées pour comprendre la qualité d’un emplacement en relation avec son environnement.

Il est utilisé aussi bien pour les habitations que pour les tombes.

Observer le terrain

L’environnement nourrit l’habitat qui – à son tour – soutient les hommes qui l’occupent. Comme pour notre alimentation, tous les aliments n’ont pas la même qualité. Certains sont des super-aliments, d’autres sont carrément toxiques.

Le San He propose de nombreuses formules pour décoder cet environnement et discerner ce qui est bon de ce qui ne l’est pas. Il n’y a pas de généralités, comme le fait d’avoir toujours une tortue derrière soi. Comme pour notre corps, tout dépend de notre constitution et concernant le san he, l’orientation de la porte est le facteur déterminant.

Objectif du san he : positionner et orienter la façade

La base du san he sont les 24 montagnes que l’on retrouve sur les 3 anneaux décalés caractéristiques d’un lopan san he.

Ces anneaux et ceux qui les accompagnent permettent respectivement de qualifier l’environnement proche, lointain et céleste, de choisir la meilleure position et la meilleure orientation du bâtiment ainsi que de de sa porte principale.

L’environnement comprend les montagnes, les rivières, tous les objets créés par l’homme.

Les lopans sont des bloc-notes. Ils ne contiennent pas toutes les formules, uniquement celles qu’un praticien utilise, en tous cas les plus usuelles :

  • Les 5 fantômes porteurs de richesses
  • Les 8 forces tueuses
  • Les 8 routes de la destruction
  • Les 8 routes de l’harmonie
  • Les 72 dragons perçants
  • Les 60 dragons pénétrants
  • Les 120 divisions d’or
Les 24 montagnes du lopan san he

Les dragons d'eau

Les dragons d’eau sont des formules de l’eau très particulières du san he qui, lorsqu’elles sont correctement mises en œuvre, apportent une très grande prospérité.
Nous mettons en garde nos lecteurs : outre le fait que ces formules sont dangereuses, le but qu’elles poursuivent est déraisonnable. Le feng shui est suffisamment fourni en formules pour le pratiquer d’une façon plus respectueuse des autres.

Le point focal en feng shui

Chaque école (par école il faut entendre modèle, ensemble cohérent de formules) considère un point de référence à partir duquel les formules sont établies. C’est en général un point focal de l’énergie, ce qui donne une certaine logique au fait d’utiliser ce point plutôt qu’un autre.

En san he, on trouve deux points de référence : la porte d'entrée et l'assise du bâtiment. Mais à bien y regarder, l'assise est toujours à l'opposé de la porte d'entrée, quelque soit la forme du bâtiment. Donc en réalité il y a un seul point de référence en san he : la porte principale.

Pourquoi parler de l'assise ? Simplement parce quand on utilise un lopan, il est plus facile de lire sur les anneaux ce qui est devant soi. Et ce qui est devant soi concerne la direction opposée à celle que l'on vise, donc l'assise.

Porte principale

Laisser un commentaire

Fermer le menu